Article

Yalitza Aparicio : « Il faut améliorer la prise en compte de la diversité dans le cinéma »

Présence solaire dans le film Roma d’Alfonso Cuarón, qui a remporté trois Oscars en 2019, l'actrice mexicaine Yalitza Aparicio est une femme engagée. Ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO pour les peuples autochtones depuis 2019, elle soutient également la campagne des Nations Unies « Je dis NON au racisme » et collabore avec la Commission mexicaine pour la défense et la promotion des droits de l’homme. Convaincue du rôle clé que joue l’éducation pour favoriser la diversité, elle s’emploie aussi à collecter des fonds pour les écoles de Tlaxiaco, sa ville natale.
Yalitza Aparicio

Propos recueillis par Laetitia Kaci et Laura Berdejo
UNESCO

Suite à votre nomination aux Oscars, vous êtes devenue une porte-parole des revendications des peuples autochtones. Comment est né cet engagement ? Comment se manifeste-t-il sur le terrain ?

Mon combat pour la reconnaissance des peuples autochtones n'est pas né du jour au lendemain, je le porte depuis toujours. J’avais compris depuis longtemps que très peu de personnes ont conscience de la diversité de la société, principalement en raison du manque de présence et de pluralité des peuples autochtones dans les différents lieux de pouvoir et dans les médias. Alors, quand j’ai eu l’occasion de partager ce ressenti avec le reste de la société, je n’ai pas hésité à transmettre ce message, car un changement positif de la société nécessite le soutien de chacun. C’est un travail d’équipe.

Le changement positif de la société nécessite le soutien de chacun
Yalitza Aparicio

Ces dernières années, l’industrie du cinéma a été critiquée pour son manque de diversité. Pensez-vous que les mentalités sont en train d’évoluer 

Pendant de nombreuses années, les populations autochtones ont été traitées par l'industrie du cinéma de manière très stéréotypée. Or, au fil du temps, la société a commencé à réaliser à quel point il était important que les peuples autochtones et les autres agents de la diversité culturelle soient mieux représentés. Car, à travers leurs histoires, ils partagent avec le public des messages d’inclusion et apparaissent comme des exemples susceptibles de provoquer des changements. Cette industrie dispose de ses propres normes mais nous avons commencé à abattre certaines barrières en dénonçant les préjugés et en proposant une vision plus inclusive par des actes concrets. Néanmoins, nous avons encore du chemin à parcourir pour faire évoluer les choses.

Que gagneraient les industries culturelles à s’ouvrir davantage aux cultures autochtones ?

Une meilleure représentation de ces cultures permettrait aux gens de mieux comprendre notre identité et la richesse culturelle qui existe aux quatre coins du monde, car chaque culture est un monde à découvrir. Par ailleurs, une plus grande ouverture d’esprit nous aiderait à développer une société ouverte au changement et plus inclusive, non seulement dans les discours, mais aussi dans la vie de tous les jours.

Chaque culture est un monde à découvrir
Yalitza Aparicio

Quels sont les principaux obstacles à la visibilité des peuples autochtones ?   

C’est sans doute le manque de tolérance et de respect de la diversité, qui se manifeste par des attitudes telles que la discrimination fondée sur la tenue vestimentaire, la couleur de peau ou un certain type de physionomie. La visibilité des peuples autochtones se heurte aussi à l’inégalité des chances et à la méconnaissance de leurs cultures uniques et authentiques. Le manque de reconnaissance des langues autochtones est un autre obstacle majeur, car il oblige leurs locuteurs à s’exprimer dans un autre idiome pour s’intégrer à la société, tout en dépréciant leur langue maternelle. 

La culture des peuples autochtones est soumise à un certain nombre de menaces. Comment peut-on  agir pour la préserver ?

Pour préserver de façon collective l’identité culturelle de chaque groupe, nous devons donner la priorité à l’éducation car elle seule permet d’atteindre les gens au plus profond d’eux-mêmes et d’influencer leur développement. Mais il est nécessaire que cette éducation soit de qualité et qu’elle donne aux élèves les outils dont ils ont besoin pour prendre en compte la diversité de la société.

C’est dans l’environnement éducatif, qu’il soit scolaire ou universitaire, que chaque enfant et chaque jeune peut être sensibilisé aux différences culturelles, ce qui lui permettra de reconnaître le caractère unique de chaque individu, alimenté par sa propre vision du monde.

Subscribe Courier

Abonnez-vous